Revenir au site

Principes de base de la Vie

Selon l'Ayurveda

Pour décrire le système ayurvédique avec précision, nous devons commencer par examiner les principes qui le sous-tendent.

La science médicale moderne, dite "allopathique", qui a reçu des contributions théoriques de la physique, de la chimie, de la psychologie, de la sociologie et de l'anthropologie, parmi de nombreuses autres disciplines, a eu du mal à relier ces différents axiomes dans une seule théorie unifiée de la vie et de la santé.

L'Ayurveda aborde la question de la façon opposée - de l'unifié au particulier. Il cherche un paradigme, un modèle de systématisation de la réalité qui organise les fondamentaux de la vie dans un cadre que les nombreuses disciplines de la science et de l'art peuvent partager.

 

Le plus central de tous ces fondamentaux est notre premier axiome:

Toute vie est relation

Personne n'est un îlot à part entière; chaque femme interagit avec le monde qui l'entoure. Tous les humains sont dépendants de la nourriture, de l'eau, de la lumière, du son, de l'amour et d'autres «nutriments» qui les traversent, venant de sources extérieures à leur propre corps.

De la même façon interactive, chaque femme influence également ce monde, à travers ses communications, ses fabrications, ses mouvements, ses excrétions, ses créations et autres actions. La vraie santé exige que ces flux nombreux et variés convergent en un équilibre dynamique, en constante évolution, qui se propage. Sur le plan physique, une femme

développent un équilibre dynamique, un équilibre en constante évolution qui se propage. Sur le plan physique, une femme se rapporte à son environnement, sur le plan mental et émotionnel à sa société, et au niveau spirituel, son âme se rapporte à la Nature et à la Réalité. Chacune de ces relations peut être aussi gratifiante ou tumultueuse que n'importe quelle relation interpersonnelle.

Leda et Hiba, Amazones Parisiennes

La plus importante des relations est celle que la femme entretient avec elle-même

Beaucoup d'entre nous regardons en-dehors de nous durant toute notre vie, cherchant cet homme (ou cette femme), cet emploi, cette alimentation, activité ou autre objet qui de façon magique complétera nos insuffisances, perfectionnera nos imperfections et nous fera ressentir ce sentiment d'intégrité auquel chacun de nous aspire au fond.

Mais rien d'extérieur à vous ne peut vraiment faire l'affaire, car tout ce qui est à l'extérieur de vous est quelque chose qui peut être perdu. Ainsi, les seules choses sur lesquelles vous pouvez compter sont, selon un ancien dicton, «ce que vous seriez capable de sauver dans un naufrage: votre corps, votre esprit et vos émotions, et votre esprit». Le chemin de la santé est fondamentalement un chemin vers la connaissance de Soi, un chemin d'éveil à vos réalités personnelles, un mélange de toutes vos différentes prises de conscience en une conscience bien intégrée, connectée par ses racines à l'eau de vie qui jaillit de Mère Nature au printemps.

Un être humain est un complexe corps-esprit-âme

chaque partie de nous - organes, tissus, squelette, système nerveux, émotions, esprit et autres - possède sa propre forme de conscience, et toutes ces consciences sont connectées ensemble. Plus ils sont intégrés étroitement et plus votre «sensation» intuitive pour cette intégration est subtile, meilleure sera votre santé.

La médecine corps-esprit est de plus en plus populaire aujourd'hui, grâce aux découvertes scientifiques selon lesquelles les systèmes endocrinien, nerveux et immunitaire sont tous étroitement interconnectés.

Chacune de nos pensées influence le bien-être de notre corps, et toute (al)chimie qui entre dans le corps ou est créé par celui-ci affecte l'esprit.

Bien que la médecine corps-esprit soit une avancée considérable par rapport au type simpliste de médecine mécaniste qui, jusqu'à récemment, dominait les arts de la guérison, elle ne va pas assez loin. Ici encore, nous nous limitons à l'esprit et à au corps, nous négligeons le soin de l'âme.

L'Ayurveda est le prototype du type de système de guérison vers lequel le monde s'oriente lentement: la médecine corps-esprit-âme.

La matière se développe à partir de la conscience, et la conscience d'un organisme cherche continuellement à s'exprimer à travers la matière, qui constitue son corps-esprit

Le souci de l'âme et de l'esprit est au cœur de l'Ayurveda. Les voyants de l'Inde ont découvert que la conscience est omniprésente dans l'Univers et que tout dans l'Univers qui n'est pas une conscience pure et inconditionnelle est une forme de matière. L'univers matériel et tout ce qui s'y trouve a évolué et continue d'évoluer grâce à l'action de cette Conscience. La conscience s'exprime dans et à travers tout ce qui existe, la variété de son expression dépendant de la densité de la matière qui la contient.

Il n'y a rien dans le cosmos qui ne soit une forme de cette conscience. Pour nous autres humains, cependant, la conscience est limitée et fragmentée. Elle est sans arrêt interrompue. Nous devons tous régulièrement échanger l'éveil contre des périodes de rêve et de stupeur, au cours desquelles notre subconscient et notre inconscient en voient encore une autre.

Même les cellules individuelles de nos corps possèdent leurs propres prises de conscience individuelles, qui se combinent en perceptions de tissus et d'organes qui, prises ensemble, représentent une compréhension du «corps entier». Mais la somme de toutes ces compréhensions reste encore une mosaïque, un patchwork de prises de conscience discrètes qui reflètent toutes individuellement cette Réalité Unique de conscience individuelle.

Le lien entre ces entités individuelles qui cohabitent est appelé le prana en Ayurveda. Celui-ci désigne la force de vie, il correspond au chi pour les chinois et au ki pour les japonais. C'est en quelques sortes l'énergie inspiratrice de vie dans le contexte corps-âme-esprit. Prana est aussi nommé Shakti, ou énergie; il apporte son pouvoir régénérateur et revigorant, il transporte l'esprit partout où celui-ci a besoin de circuler et il aligne la conscience de l'âme avec celle de l'Esprit Absolu (le "grand tout"). Les étudiants du yoga, du tai chi ou encore des arts martiaux apprennent à identifier et à faire circuler cette force en eux; ils constatent que le prana se mesure facilement avec des outils internes.

Tous les flux dans toutes les parties d'un organisme interagissent et s'influencent les uns les autres

Lorsque l'on apprend à localiser et à évaluer le prana, on se rend vite compte que partout où l'esprit circule, le prana circule, et celle qui parvient à diriger son prana vers l'un de ses membres ou organes y trouvera aussi son esprit.

On s'apercevra cependant bientôt que tous les flux ne se valent pas. En fait, le niveau d'influence est hiérarchisé du plus subtil au plus dense. Le prana est plus subtil que le corps, donc les changements dans le flow du prana affecteront généralement le corps plus que les changements dans le corps n'affecteront le prana.

L'esprit étant plus subtil que le prana, son influence sur le prana est généralement plus significative que dans le sens inverse.

L'âme et l'esprit sont des concepts qui ne sont plus à la mode depuis si longtemps en Occident qu'ils ne sont pas familiers à beaucoup d'entre nous. Nous pouvons utiliser le mot âme pour représenter cette partie de l'esprit qui est notre parcelle personnelle de conscience, cette sensibilité qui alimente notre conscience. Nous pouvons appeler «esprit» de conscience illimitée et non qualifiée, ce qui fait de la spiritualité l'éveil progressif de nos âmes limitées aux infinités de possibilités présentes dans le théâtre de l'Absolu.

Tous Les Articles
×

Vous y êtes presque...

Nous venons de vous envoyer un e-mail. Veuillez cliquer sur le lien contenu dans l'e-mail pour confirmer votre abonnement !

OK