Revenir au site

Slokas*

La respiration au Yoga

Respirer c'est vivre, mal respirer c'est mal vivre

Toute respiration superficielle est néfaste parce qu'elle se contente de ventiler la "tuyauterie" et ne laisse pénétrer qu'une infime quantité d'air jusqu'aux surfaces d'échange dans les poumons.

*

Une respiration hâtive est mauvaise, parce que l'air ne reste pas assez longtemps en contact avec la membrane pulmonaire et les échanges gazeux n'ont pas le temps de se faire complètement. Or le civilisé respire à la fois superficiellement et trop vite...

*

La partie principale de l'acte respiratoire est l'EXPIRATION, parce qu'un récipient ne peut être rempli que s'il a été au préalable vidé. Il est impossible d'expirer trop d'air. Moins il y aura d'air résiduel - donc vicié - qui demeurera dans les poumons, plus pur sera l'air respiré.

*

La bonne respiration est silencieuse, parce qu'ainsi elle est obligatoirement lente. Lente, elle devient automatiquement plus ample et plus profonde.

*

Une minute de respiration yogique profonde (en trois temps), provoque une ventilation pulmonaire supplémentaire dont les effets s'étendent sur soixante minutes. Conclusion : chaque heure consacrez une minute à des respirations logiques lentes et profondes, si possible en plein air.

*

Il faut toujours respirer par le nez tant à l'expiration qu'à l'inspiration sauf dans certains exercices logiques bien déterminés. Le nez est l'appareil de conditionnement d'air de l'organisme. S'il fait froid, il réchauffe l'air qui entre, mais pendant l'expiration l'air qui en sort doit lui restituer de la chaleur, sans quoi la muqueuse du nez, toujours refroidie et jamais réchauffée, ne peut remplir correctement son rôle. Les rhumes de cerveau en sont la conséquence parce que les conditions favorables sont créées par ce refroidissement permanent.

*

Voici venir la saison froide et humide. Veillez à ce que le degré hygrométrique de l'air des pièces où vous séjournez soit correct (60 à 70° d'humidité relative).

*

La respiration a des répercussions sur les états affectifs. Une respiration superficielle, saccadée et trop rapide correspond à un état d'anxiété, de tension nerveuse. Respirer profondément, lentement et d'une façon harmonieuse dissipe cette sensation d'oppression et apporte la relaxation.

*

Les rétentions de souffle à poumons vides ne sont pas dangereuses et il est bon de les pratiquer souvent, en particulier le soir au lit avant de s'endormir. C'est le meilleur remède naturel contre l'insomnie, surtout si cette rétention est accompagnée d'une prise de conscience des battements du coeur

*

Vivez le moins possible dans les locaux où l'air est immobile, renfermé, à température uniforme. Si vous êtes sédentaire, ouvrez les fenêtres, même en hiver, afin de faciliter un renouvellement permanent d'air. Faites varier la température.

*

Il n'y a aucun danger à faire des expirations forcées, c'est-à-dire même en rétractant l'abdomen, par contre l'inspiration sera toujours aisée et il ne faut pas vous "gonfler comme un pneu".

*

L'expiration doit être beaucoup plus lente que l'inspiration (environ le double du temps requis par l'inspiration). Observez le chat qui respire, ou le bébé et vous vérifierez cette règle.

*

Pendant les exercices respiratoires, relaxez-vous avec soin, surtout le cou, la bouche, le visage et les mains.

*

L'air est notre principale nourriture, la seule qui soit gratuite et disponible en quantités illimitées partout à la surface du globe.

*

Quand vous inspirez vous n'aspirez pas seulement de l'AIR dans vos poumons, mais aussi du SANG. La respiration exerce une influence profonde sur la circulation veineuse par des succions répétées, à condition que le diaphragme soit mis en mouvement. Donc, le diaphragme est un véritable coeur complémentaire et en l'utilisant largement vous protégez le coeur contre bien des atteintes.

*

Les mouvements du diaphragme massent et triturent tous les viscères de l'abdomen. La respiration profonde stimule les organes de la cavité abdominale, le foie, la rate et l'intestin en particulier.

A. Van Lysebeth

*Sloka : court paragraphe énonçant une vérité ou perçue comme telle

Tous Les Articles
×

Vous y êtes presque...

Nous venons de vous envoyer un e-mail. Veuillez cliquer sur le lien contenu dans l'e-mail pour confirmer votre abonnement !

OK